• DRAGUIGNAN

    La Ville de Draguignan est située dans l'une des nombreuses dépressions qui compartimente <st1:personname productid="la Provence" w:st="on">la Provence</st1:personname> calcaire : le bassin de la Nartuby, entre les côtes méditerranéennes et les plateaux de Haute Provence.<o:p></o:p>

    C'est seulement au XIIe siècle que DRAGUIGNAN s'identifiera à un "village". La première agglomération s'implantera sur la butte rocheuse. Au fil des temps, DRAGUIGNAN descendra de cette position pour se protéger grâce à des remparts percés de quatre portes.<o:p></o:p>

    Dès lors, la cité comtale connaîtra une forte expansion grâce à sa situation sur l'axe commercial AIX-GRASSE-NICE. Promue chef-lieu de baillie puis de viguerie, DRAGUIGNAN s'adjoindra les faubourgs extra muros, tandis que l'installation d'une communauté juive, attestée par la vieille synagogue de la rue Juiverie, portera sa population à environ 2000 habitants à la fin du XIVe siècle.<o:p></o:p>

    Après le rattachement de <st1:personname productid="la Provence" w:st="on">la Provence</st1:personname> au royaume de France, la vocation administrative de DRAGUIGNAN se confirmera par la nomination d'un lieutenant général et la création d'une sénéchaussée. <o:p></o:p>

    Les troubles de <st1:personname productid="la Fronde" w:st="on">la Fronde</st1:personname> n'arrêteront pas son essor. La cité royale comptera environ 3000 âmes vers la fin du XVIIIe siècle. Pourtant, le siècle suivant marquera un temps d'arrêt dans son développement suburbain pour ne reprendre qu'au lendemain de <st1:personname productid="la Révolution." w:st="on">la Révolution.</st1:personname><o:p></o:p>

    Au XIXe siècle, la ville moderne se dessine : démolition de l'enceinte royale, ouverture de larges artères, construction d'une nouvelle préfecture, d'un nouveau théâtre, de casernes… et arrivée du chemin de fer.
    Durant l'entre-deux guerres, le cap des 10.000 habitants est durablement franchi.<o:p></o:p>

    Au transfert de <st1:personname productid="la Préfecture" w:st="on">la Préfecture</st1:personname>, en 1974, succède l'arrivée massive de militaires et de leurs familles. DRAGUIGNAN devient ainsi l'une des plus importantes villes de garnison de France.<o:p></o:p>

    <o:p> </o:p>

    Personnages célèbres<o:p></o:p>

    L'explorateur Claude Gay <o:p></o:p>
    Louis Moréri, († 1680), encyclopédiste, étudia à Draguignan <o:p></o:p>
    Maximin Isnard († 1825), homme politique de <st1:personname productid="la Révolution" w:st="on">la Révolution</st1:personname> française <o:p></o:p>
    François Juste Marie Raynouard, (1761-1836), dramaturge et historien, né à Brignoles, fut avocat au barreau de Draguignan <o:p></o:p>
    Lily Pons (1904-1976), chanteuse lyrique (soprano), née à Draguignan <o:p></o:p>
    Jean-Marie Auberson (1920-2004) <o:p></o:p>
    Michel Constantin (1924-2003) <o:p></o:p>
    Philippe Séguin, (* 1943), homme politique <o:p></o:p>
    Alain Connes (* 1947), mathématicien, né à Draguignan


    Hotel de Ville

     

     

    Boulevard Clémenceau

     

    Tour de l'Horloge

     

     

    Théatre de Verdure

     

     

    Cimetière Américain

     

     

    Eglise Notre Dame

     

     

    Pierre de la Fee

     

    Eglise Saint Michel

     

     

    Place du Marché

     

     

    Ecole d'Application de l'Artillerie

     

     

    Porte Portaiguières

     
    <o:p></o:p>


    source : Wikipédia

    <st1:personname productid="la Révolution." w:st="on"></st1:personname><o:p></o:p>

                 Ville de Draguignan


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique